Les petites tribulations d'une famille ordinaire

29 août 2016

Appelez-moi bonne maman !

P1100692bisbis

J'avais très envie d'ouvrir une nouvelle rubrique évoquant le monde merveilleux de la gestion de la maisonnée, des secrets culinaires transmis de générations en générations, du soupir que l'on pousse devant une pile de linge à plier (le mot repassé à été définitivement banni de la maison, désolée ;)), des petits plaisirs que l'on s'offre en réussissant à changer le joint du robinet (sans inonder la cuisine au passage !) et des mille et uns gestes qui ordonnent et améliorent et notre quotidien.

Bref, je vous promets ici du beau et du bon, des réussites et des échecs, parfois du bio et du zéro déchet, mais surtout beaucoup d'auto-dérision, car passer le chiffon avec le sourire, et bien ça change tout !

Je rends ici hommage à tous les supers parents, à ma soeur qui m'a avoué qu'elle ne pouvait plus se passer de son tablier, à mes parents, beaux parents, grands-parents qui sont des génis de la débrouillardise et du bon-sens, et à tous ceux et celles qui assurent le quotidien des familles (dans la joie et la bonne humeur cela va de soi !).

 

Un grand merci à Clo, la maman des p'tits ko qui m'a inspiré le titre de cette rubrique, que je trouve drôle, poétique et profond ! Je vous conseille son blog qui regorge de bonnes idées en tous genres (yaourts sans yaourtières, zéro déchets, etc...) mais aussi sur celui d'Alfonsine où se mèlent bonnes astuces, réflexions et de la bonne humeur.

J'ajoute une mention spéciale pour Gwen qui nous a tenu en haleine tout l'été avec fly-lady !

Si vous voulez passer du côté des pro, le blog de Laurence, coach en organisation personnelle et professionnelle, est INCONTOURNABLE (et ses livres, une bible !).

 

Le sujet du jour : la confiture de fraises !

P1100718bis

Ce mois d'août a été pour nous celui des récoltes. Ah, malheureusement pas celles de notre potager qui ressemble à un désert culinaire (ou plus exactement un champ d'herbes folles !). Les quelques tomates que l'on a sont petites et très vertes. Peut-être pour octobre. Il faut dire que nous ne traitons pas les tomates "en bleu", et avec toutes les pluies de juin, bien peu de plants ont survécu...

Bref, pour avoir des récoltes, nous nous sommes tournés vers les cueillettes des chapeaux de paille. Et oui, un an que nous stockons minutieusement des pots en tous genres (confitures, bocaux de sauce tomates, etc.), pour préparer des conserves de fruits et de légumes, pour faire des sauces et des confitures qui nous régaleraient quand la bise serait venue.

 

Mais aujourd'hui, je vous offre le récit truculent de découverte de la recette de confiture de fraises !!

Et oui, il y a un mois, je n'avais JAMAIS, mais JAMAIS fait de confiture de ma vie, ni vue ma maman en préparer. Il faut dire que je n'aimais pas, comme quoi, les goûts changent !

2016 oblige, mon premier réflexe fût de chercher une recette sur le net. Rien de plus facile. Les ingrédients (sucre : 600 g, j'ai !, fraises, 1 kg j'ai, citron, 1 unité, j'ai !). J'étais prête ! La recette : mélangez le tout, faites cuire 20 minutes ! Trop facile !! Hum !

Alors, je rajouterai pour être plus précise quelques éléments  pour cette recette qui est un poil plus technique que celle de la compote :

  • La quantité de fruits ne doit pas dépasser les 3/4 de la hauteur de la casserole (oui, pas de bassine de cuivre chez nous !), cela vous évitera à la première ébullition de tout verser sur vos plaques de cuisson, un liquide certes dégageant une odeur merveilleuse, mais combien, Ô combien collant !!
  • 20 minutes ne suffisent pas. D'ailleurs, le temps n'est pas un repère fiable. Il faut attendre que l'écume rose des fraises disparaisse, et laissez encore longtemps bouillotter, en n'oubliant pas de tourner, cela vous évitera de retrouver une grosse plaque noire en fond de votre cher creuset que vous mettrez trois jours à faire partir. Petite astuce : si vous êtes à bout de souffle, que vos bras et vos articulations demandent grâce, recouvrez généreuseument la plaque noire de CIF, laissez tremper plusieurs heures et ... le miracle s'opère !
  • Prenez une immense cuillère en bois pour touiller car si comme moi vous n'en avez pas, vous recevrez de perfides petites projections brûlantes (car souvenez-vous, il faut tourner très régulièrement pour s'assurer que le fond ne brûle pas !).
  • Vérifiez que lorsque vous posez une goutte de votre mixture sur une surface froide (assiette), une petite perle se forme, signe que la confiture est prête. Vous avez alors le droit de goûter au nectar !
  • N'oubliez pas de stéréliser les bocaux (15 minutes dans l'eau bouillante) et de les étendre sur un linge propre.
  • Versez la confiture bouillante dans les bocaux, refermez et mettez le pot à l'envers pour chasser toutes bulles d'air.
  • Ne faites pas des bocaux, confitures, et autres par temps de canicule, car si comme nous, vous êtes fous, de nombreuses douches vous devrez prendre ;)

Mais c'est lendemain matin que la magie s'opère, offrez vous le plaisir d'ouvrir un des vos bocaux et ouvrez vos papilles !

 

 

 

Posté par celine chif à 11:40 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,

Slow Life : août s'achève

P1110364bis

Odeur des pluies de mon enfance

Derniers soleils de la saison !

A sept ans comme il faisait bon,

Après d'ennuyeuses vacances,

Se retrouver dans sa maison !

 

La vieille classe de mon père,

Pleine de guêpes écrasées,

Sentait l'encre, le bois, la craie

Et ces merveilleuses poussières

Amassées par tout un été.

 

Ô temps charmant de brumes douces,

Des gibiers, des longs vols d'oiseaux,

Le vent souffle sous le préau,

Mais je tiens entre paume et pouce

Une rouge pomme à couteau.

 

René-Guy Cadou

Posté par celine chif à 09:55 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
27 août 2016

Une promesse...

P1020201

 

"Promettre ainsi, c'est échanger une parole où l'on se dit : c'est toi que je choisis aujourd'hui, toi qui me surprends sans cesse, toi dont le mystère m'échappera toujours.

Mais c'est à toi et à toi seul à qui  je me donnerai tout entier.

Et pourtant, au-delà de ces sables mouvants, j'ose affirmer que quelque chose de moi et de toi traversera le temps sans changement.

Moi qui ne puis te garantir qui je serai demain, j'ose affirmer que notre amour repose sur ce socle inébranlable.

Dans l'océan imprévisible où  nous voguons : métiers, avenir, changement de soiété, santé, il existe un roc de certitude où s'arrime notre promesse."

 

Père Paul C., 2009

Extrait de notre homélie de mariage, en hommage à tous les couples qui se promettent l'un à l'autre !

Posté par celine chif à 23:28 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,
26 août 2016

Les centres mathématiques

P1110089bis

TIC TAC TIC TAC

Tic tic et tac

 

-"Mais quel est ce bruit assourdissant ? "

-"C'est l'heure de la rentrée des classes qui approche à grands pas ! J-7 "

 

Cela n'aura échappé à personne, dans une semaine des millions d'enfants rejoindront leurs écoles . Mais aussi des centaines de milliers de professeurs également, ce qui signifie que mon cerveau est en pleine effervecence !

 

J'avais envie de partager mon travail avec vous (il vaut ce qu'il  vaut, n'est-ce pas !) sur l'enseignement des mathématiques. Nous avions décidé d'un commun accord avec mon autre collègue de CE1 de tester une approche différente en mathématiques, basée sur la manipulation, l'autonomie, le jeu... Cela vous rappelle t-il quelque chose ?! Il ne s'agit pas ici de la pédagogie Montessori, mais de la méthode des Centres Mathématiques, venue du Canada.

 

Il faut dire que je m'y retrouve complètement car cette méthode permet l'autonomie des élèves, la collaboration entre élèves mais aussi avec l'enseignant, de travailler par deux, en petits groupes, ou en demi-classe, mais surtout permet aux enseignants de s'adapter à leur niveau de classe et faire preuve de créativité !

 

Commençons par le début, voulez-vous ?!

Qu'est-ce qu'un centre mathématique ?

 Je répondrais bien par une boutade : c'est une boîte !!

P1110343

Les centres mathématiques sont des ateliers permettant de travailler de manière autonome, en dyades ou en petits-groupes les notions mathématiques apprises lors des leçons d'enseignement. L'objectif de ces centres est de s'approprier une ou plusieurs notions grâce à de la manipulation, ou grâce à des activités facilitant le passage du concret vers l'abstraction des notions.

 Ils se veulent ludiques, porteurs de sens et instructifs, en relation avec les compétences et connaissance à développer dans le cycle d'étude.

Concrètement, j'ai créé 10 boîtes, 2 pochettes et 1 smart-game, ce qui fait 13 centres pour 26 élèves.

Mais, il est possible de commencer plus simplement, notamment en créant 5 centres mais en les doublant par exemple !

Pour être plus concrète, ouvrons quelques-boîtes :

 

Centre mathématique n°8 "Le livre des doubles"

La boîte contient quelques indispensables :

  • le matériel nécessaire à la réalisation de l'atelier
  • Un référentiel "Je peux"
  • une bulle mathématique

Le matériel nécessaire :

Ma classe est assez pauvre en matériel et jeux en général Bref, il n'y a pas grand chose, mais heureusement, il n'est pas nécessaire d'avoir beaucoup de matériel de manipulation ! Ici : un carnet, une enveloppe avec des billets "nombres". Vous voyez, à la portée de tous !

P1110345

 

Le référentiel "Je peux" récapitule les consignes. Ce qui est formidable dans ce référentiel c'est qu'il peut être co-construit avec les élèves, évoluer selon les besoins et les idées des élèves.

Voici quelques conseils pour construire les référentiels :

  • Rassemblez les élèves,
  • Montree plusieurs objets avec lesquels vous avez enseigné la notion,
  • Nommez chaque objet pour faire germer les idées,
  • Faites réfléchir les élèves 1 minute,
  • Notez leurs idées sur un papier,
  • Recopiez les idées sur la fiche.

Je vais attendre que chacun maîtrise bien le fonctionnement des centres avant de co-construire les référentiels avec eux, mais je sais que c'est possible et même souhaitable !

P1110347

Sur le référentiel est noté toutes les idées d'activités que l'on peut faire avec un même matériel, ce qui est pratique pour les élèves plus rapides, ils pourront continuer sur une autre idée ou même réfléchir justement à manière nouvelle d'utiliser ce matériel.

 Le but de l'activité est de travailler la notion des doubles en écrivant un "livre des doubles" commun où chaque élève écrira SA page selon le nombre tiré au hasard (entre 1 et 15 pour cette première période) et la faire partager aux autres. Voici le modèle proposé en première page.

A gauche : diverses représentations du double de 5 et à droite une rubrique intitulée "la petite histoire du double de 5", pour mettre en situation dans la vie concrète cette notion mathématique. Il est tout à fait possible d'aider les élèves en leur préparant une trame à trous pour les aider à construire cette petite histoire.

P1110348

 

La bulle mathématique est un aide mémoire de vocabulaire ou de notion déjà enseignée, pour parler comme de vrais mathématiciens !

 

P1110350

 

Je souligne la notion de "déjà enseignée" car elle est fondamentale dans la méthodologie proposée. Les élèves n'apprendront pas de nouvelle notion lors des centres. il ne s'agit pas de situations de découverte, mais bien d'entrainement et de ré-investissement. C'est capital, car imaginez vous : comment gérer 13 activités différentes en autonomie si chacun bloque à la lecture de la consigne !

C'est pour cela que volontairement, les centres de début d'année reprennent les notions vues l'année précédente, afin d'encourager l'autonomie et la mise en place de ces ateliers.

 

Autre exemple d'activité : Dénombrement, travail autour de la dizaine et des unités. Voici le matériel de numération du centre n°6 : gobelets et trouvailles insolites de la maison. A la portée de tous !

 

P1110353

P1110354

P1110356

 

Le déroulement des centres mathématiques

 Alors concrètement, comment on fait !! Il faut bien distinguer 2 temps :

  • Temps 1 : la leçon, qui peut être enseignée de la manière qui vous semble la plus judicieuse
  • Temps 2 : les ateliers, les centres.

Les leçons servent à découvrir des nouvelles notions tandis que le temps des centres reprend les anciennes notions enseignées. Il y a donc un décalage temporel entre ces 2 temps.

 

Mais détaillons plus en profondeur le fonctionnement le temps des centres mathématiques. Les centres mathématiques se déroulent eux-mêmes en trois phases :

  • 1 les mini-leçons
  • 2 les ateliers
  • 3 la discussion

Les mini-leçons (3 à 7 minutes)

Objectif : s'assurer que les élèves comprennent exactement ce qu'ils doivent faire dans les centres. Les mini-leçons sont quotidiennes au début de l'année, puis données aussi souvent que nécessaires pour introduire ou réviser les activités. Pour résumer, les mini-leçons servent à la démonstration, construire ou co-construire les consignes ("référentiels je peux"), mais aussi sur le comportement à adopter pendant les centres.

Plusieurs démonstrations peuvent être nécéssaires pour maîtriser une notion.

 

Le temps des centres (25 à 30 minutes)

Les centres sont de courtes durée (10 à 15 minutes). Quand les routines sont bien installées, on peut enchainer sur deux centres d'affilé, soit 25 à 30 minutes en tout.

J'ai pour m'aider un minuteur utra-visuel que je peux coller au tableau (il est magnétique). Idéal pour que chacun puisse estimer son temps.

Un tableau de gestion des centres peut être utilisé. Il est tout à fait possible de prévoir un groupe de travail aevc l'enseignant pendant que les autres élèves sont "aux centres", ce qui permet d'ajuster le travail en fonction des besoins de chacun.

Les retours d'expérience indiquent que les centres fonctionnenent le mieux quand les élèves travaillent par 2 (et non par 3 ou plus).

Il est possible d'avoir des traces (écrites ou visuelles) à la fin de ces centres. J'ai mis au point un petit plan de travail à visée d'évaluation pour les centres qui ne permettent pas de traces écrites. Le plan de travail sera inserré dans un porte-vue avec en plus les travaux des centres effectués par les enfants.

Je mets tous les documents à télécharger à la fin de l'article pour ceux qui seraient intéressés.

La discussion (5 minutes)

Une petite discussion commune est prévue en fin de centres afin de :

  • présenter les travaux de quelques élèves,
  • énoncer, dire ce que l'on a appris, compris, ce que l'on a pas aimé, pas compris.
  • parler des idées qui peuvent surgir.
  • etc.

Bref un petit bilan !!

 

Ce qui me plait dans ce livre, c'est qu'il permet d'aborder les maths de façon transversale, à partir d'albums, de mimes, d'histoires, de dessins... Il faut dire que ce livre s'adresse pour l'enseignement des enfants de 5 à 8 ans !

Un petit extrait que je trouve remarquable qui résume bien l'esprit de cette méthode :

...

Les centres mathématiques permettront aux élèves d'explorer différentes méthodes de travail des notions mathématiques :

jouer

construire

discuter

mimer

raconter une histoire

illustrer en images et en mots

de déplacer

faire quelque chose de nouveau

...

 

J'espère que je vous ai transmis mon enthousiasme !

Voici le livre en question :

(c'est un livre de didactique que je trouve pas forcément facile à lire car il y a beaucoup de pèles-mèles d'activités)

centres mathématiques

 

Et voici quelques documents à télécharger :

Méthodologie des centres mathématiques :

les_centres_math_matiques

Plan de travail septembre-octobre

plan_de_travail_periode_1_CM

 

Si vous testez la méthode, dites le moi, j'aimerais bien avoir votre retour !

 

 

Posté par celine chif à 18:34 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,
24 août 2016

Enseigner l'histoire de l'art ? Petite sélection d'ouvrages pour les 6-10 ans

P1110339bisbis

Préambule

Aviez-vous remarqué ? Il y a plusieurs façons d'apprécier l'art.

Pour caricaturer, je dirais deux extrêmes : à la manière de mon mari, qui veut tout comprendre, tout savoir, jusqu'au plus minuscule détail, et ce jusqu'à plus soif (et en plus qui a bonne mémoire !), et la mienne, qui se laisse absorber par la part mystérieuse d'une oeuvre d'art et ne cherche pas forcément le côté rationnel mais une expérience esthétique en premier lieu.

 

Cette année, j'ai choisi pour ma classe, dans mon enseignement artistique de proposer chaque semaine une oeuvre à mes élèves. Officiellement, je n'ai pas vraiment d'histoire de l'art à enseigner, mais plutôt une culture artistique. Et c'est bien, car je vais pouvoir justement offrir des expériences esthétiques !

J'ai eu d'excellents professeurs en histoire de l'art au lycée ou lors de mes études supérieures. Voici le récit d'un de ces cours et la méthode de cet extraordinaire professeur passionné et cultivé (= passionnant !).

Je peux vous l'assurer que j'ai vraiment vécu une éxpérience esthétique et cela était renforcée par le fait que c'était une expérience vécue en collectivité.  Je vous livre les notes que j'ai prises à la sortie du dernier cours :

"Bonjour Mesdames, mesdemoiselles et messieurs. Nous sommes ici rassemblés pour notre cours sur l'art, et je vous propose aujourd'hui une nouvelle approche. Nous allons nous immerger complètement dans une oeuvre et nous en laisser le temps. Je ne vous en dis pas plus. Nous avons 5 minutes pour admirer cette oeuvre. La règle est que même si vous trouvez le temps long, essayer de vous concentrer sur d'autres détails, de rester sur le tableau. Ils sont généreux et vous le rendrons."

 

C'est par ce discours inaugural que nous fûmes accueillis cette année pour nos cours de réflexion sur l'art. Un professeur, un vrai... Celui qui donne envie, celui qui est généreux, qui partage, qui est cultivé mais ne nous en met pas plein la vue. Celui qui tente de nous révéler ! Rien que cela !!

J'a vécu par deux fois, cette exérience très riche d'immersion dans une oeuvre par la porte de notre intériorité. Nous devions totalement laissez libre cours à nos impressions, nos réflexions spontannées, qui étaient guidées par des consignes des simples :

Que retenez-vous du tableau ?

Chacun partagait un mot, une impression qui pouvait être de l'ordre du ressenti (douceur, lumière, ...) ou d'un détail (le plissé d'un tissu, le reflet d'une lumière sur les mains...)

Que pensez-vous des couleurs ?

Que pensez-vous du visage ? des mains ? du décor ?

Les échanges nés de nos observations furent riches en découvertes sur les sensations de chacun, et étaient parfois étayées de repères historiques, et culturels.

 

Nous nous sommes tous pris au jeu, et avons pu admirer l'astronome et sa chaleureuse maison et la joconde, pendant 5 minutes, les plus courtes de ma vie ! Cette attention dirigée fut aussi riche, intéressante et reposante qu'une méditation. Elle nous donnait à voir, des mystères qui peut-être nous seraient révélés.

 

Là où je veux en venir, c'est que je suis ressortie à chaque fois avec la furieuse envie de percer tous les mystères des oeuvres, envie d'en savoir plus. J'ai pu créer des liens rien qu'en m'absorbant.

Se laisser immerger dans une oeuvre est une magnifique porte d'entrée sur nous-mêmes, sur nos projections, nos attentes. L'art, l'esthétique sont des valeurs subjectives et personnelles. Il est important que chacun puisse exprimer son ressenti face à une oeuvre, qu'il n'y ait pas une bonne ou une mauvaise réponse attendue. Nous possédons tous notre propre sensibilité.

L'art n'est-il pas le parfait miroir de notre humanité ? Vouloir réduire l'enseignement de l'art, de l'histoire, de la littérature à une simple succession de faits et de rationalité n'a aucun sens et vouloir évualuer notre sensibilité non plus.

N'êtes-vous pas frustrés par un mauvais guide qui mène sa troupe au pas de course, qui récite un texte justement de pure exposition des faits sans laisser à chacun le temps d'admirer l'oeuvre en elle-même pour elle-même et en-dehors de tout contexte ? Moi oui, et je préfère ne plus prendre d'audio-guide justement pour cette raison car déjà je n'en retiens rien (mémoire de poisson rouge) mais en plus me prive de réflexion personnelle.

L'abondance amène au zapping et à la superficialité. Je comprends, vu le prix des musées que l'on veuille rentabiliser la sortie, surtout quand on visite leLouvre, mais je me sens totalement submergée dans ce musée... Heureusement qu'il y a la salle "Vermeer", où l'on peut admirer la dentelière !

 

Ce cours d'art était une parfaite entrée sur qu'est précisemment l'art pour moi : une expérience esthétique.

Une expérience qui ouvrait une petite fenêtre sur notre propre intériorité.

Une expérience qui ne met personne de côté et permet à chacun de s'y retrouver.

Une expérience généreuse, qui donnait envie de découvrir, d'aller plus loin, de dépasser cette expérience pour aborder le contexte de cette oeuvre.

Une expérience que j'ai bien envie de reproduire dans ma salle de classe !

 

J'ai donc choisi pour mes cours de m'inspirer de cette façon de procéder qui m'a tant touchée, qui peuvent être resumée dans les mots de Françoise Barbe-Gall Comment parler d'art aux enfants.

...

Exprimer simplement l'impression du moment.

Sans être obligé de remonter loin dans le temps, il y a sans doute une oeuvre, un lieu, un détail d'un tableau ou d'une sculpture qui, un jour, a touché une part de vous-même. Ce pouvait être une chose toute simple : une sensation passagère, une ambiance, une couleur, l'exposition dont on parle, une reproduction dans le journal ou dans un livre. C'est cela, mieux que n'importe quel savant discours, que vous partagerez avec un enfant en utilisant vos propres mots, ceux de tous les jours. [...]

Votre but est de permettre, de provoquer une rencontre. [...] Pour l'heure, ne pensez qu'à lui offrir un plaisir. Le plaisir très simple, mais assez rare de bien voir. "

...

C'est pourquoi, compte-tenu du jeune âge des enfants, mon objectif est ici de privilégier le rapport sensoriel et affectif d'une œuvre d'art par rapport à la dimension historique et culturelle.

 

Une séance ritualisée

Pourquoi ritualiser l'enseignement de l'art alors que celui-ci est justement synomyme de créativité et de non-conformité ?

Tout simplement pour marquer l'importance que j'y apporte. La théatralisation permet aussi la naissance de cette expérience esthétique.

Voici le petit déroulé. 

1 : Découverte de l’œuvre

Découverte en silence de l’œuvre d'art (durée 2 minutes). A la suite de ce visionnage, l'oeuvre est cachée. Chaque élève doit exprimer un ressenti, souligner un détail ou un ensemble qui lui a plu, déplût. Il doit dire un seul mot, celui qui lui vient à l'esprit, sans jugement de valeur.

 

2 : Écrit individuel

 En quelques mots, l'élève doit répondre à ces questions :

Ce que je vois...

Invention d'un titre à l’œuvre.

 

3 : Oral, collectif

 Reprendre collectivement les descriptions et les titres des élèves.

Découverte du véritable titre et de l'artiste.

Discussion autour de l’œuvre (questions « Comment parler d'art aux enfants » de Françoise Barbe-Gall)

 

4 : Fiche artiste

 Fiche artiste avec œuvre tracée au crayon, que les élèves peuvent colorier librement pour désormais connaître l'oeuvre avec la main et non plus seulement avec les yeux.

Je tiens à signaler que ce déroulé est très fortement inspiré du travail de "monécole.fr" dont nous partageons la même façon de concevoir l'art !

 

Quelques conseils pour choisirs des oeuvres d'art pour les 5-8 ans

(Françoise Barbe-Gall, encore et toujours !) :

On privilégiera les œuvres :

 

  • Aux couleurs chaudes et vives

  • les formes et les couleurs nettement contrastées

  • Ce qui donne l'illusion du réel

  • Ce qui imite précisément la texture des choses et qui en appelle au sens du toucher.

  • La représentation des personnages et des lieux familiers

  • Le rendu du mouvement et des attitudes

  • La traduction franche des émotions

  • Les compositions simples avec une figure principale

  • Les menus détails.

 

Sans oublier...

 

  • Le rapport à la vie quotidienne

  • Le lien avec leur propre corps

  • La dimension de l'imaginaire

Quelques livres pépites sur l'histoire des arts (à partir de 6 ans)

 Les éditions palette

Bon, là, c'est clair, on approche carrément de la perfection !! C'est tout simple, c'est parfait. Si vous ne connaissez pas, je vous invite à aller leur rendre une petite visite sur leur site.

Par chance, mes bibliothécaires en sont fans !!!

Les formats des livres sont généreux, permettent une belle reproductions des oeuvres, choisies avec soin. Peu de texte, mais du bon. On sort du côté encyclopédique froid qui me rebute sur certains ouvrages. Ici rien de tel. Allez, vous n'y tenez plus, jetez vous-même un coup d'oeil !!

ma première histoire de l'art

 

P1110313bis

 

 art et sciences

P1110327bis

détails en pagaille

P1110320bis

 

Et voici les titres qui figureront à coup sûr dans ma liste de Noël (oui, je me suis fait une promesse, aucun achat de livre jusqu'à Noël !) :

L'art de l'ailleurs

l'art de l'ailleurs

 

Merveilleux moyen-âge

merveilleux moyen age

L'histoire de l'art racontée aux enfants

La librairie des écoles

Plus scolaire mais efficace. Livre qui se lit par double page : une oeuvre + un artiste

HDA racontée aux enfants

P1110332bis

 

Livres de réflexions à propos de l'art et des oeuvres d'art

Comment parler d'art aux enfants de Françoise Barbe-Gall

(Encore elle !)

Que voulez-vous, quand on aime, on aime !!

comment parler d'art aux enfants

Chaque oeuvre présentée est augmentée de petites questions que l'on peut poser et par tranches d'âge assez larges.

J'aime beaucoup cette approche par le côté émotionnel que dégage une oeuvre, le côté contextuel venant dans un second temps. 

P1110337bis

 

Pourquoi l'art ? de Sonia Chaine

Ouvrage parfait et synthétique pour répondre et engager une réflexion sur l'art, les artistes, la beauté...

pourquoi l'art

P1110323bis

 

Pour tous les amoureux des arts, de l'histoire et des petites histoires qui se glissent dans la grande !

D'Art d'art !!

d'art d'art

P1110316bis

Cet ouvrage regorge d'oeuvres connues et méconnues, truffé d'anecdotes ! Pour les grands enfants à +++++ !!!

 

Et vous, comment vivez-vous l'art dans vos familles ?

Des coups de coeur à partager ?!

Posté par celine chif à 22:31 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 août 2016

Etre utile au monde

P1090866bisbis

Voici une citation que je ne risque pas d'oublier tant elle a fait écho en moi. Elle m'est revenue tel un boomerang. Force est de constater que je n'avait jamais mis aussi précisemment des mots sur mes ressentis.

De ces mots sont sorties des pensées. Un brouillard, un tourbillon puis un filet de plus en plus limpide.

Je vous livre tout cru les mots, les pensées qui m'habitent en ce moment...

 

Qu'est-ce qu'aimer ?

Mais qu'est-ce que finalement l'amour. Comment le vivre dans notre quotidien ? L'hymne à la charité écrit par Saint Paul est magnifique et est très éclairant.

"La charité est patiente,

La charité est serviable,

elle n'est pas envieuse,

la charité ne fanfaronne pas,

elle ne se gonfle pas,

elle ne fait rien d'inconvenant,

ne cherche pas son intérêt,

ne s'irrite pas,

ne tient pas compte du mal,

elle ne se réjouit pas de l'injustice,

mais elle met sa joie dans la vérité.

Elle excuse tout,

croit tout,

espère tout,

supporte tout." (1 Co 13, 4-7)

Bien sûr, ces mots sont des mots directs, des idées qui demandent d'être remises en contexte, dans notre contexte socio-culturel. Mais malgré tout, on sent une dose d'universalité. Une dose de vérité ?!

 La patience comme une vertu de l'amour...

...

"Avoir patience, ce n'est pas permettre qu'on nous maltraite en permanence, ni tolérer les agressions physiques, ni permettre que l'on nous traite comme des objets. [...]

Cette patience se renforce quand je reconnais que l'autre aussi a le droit de vivre sur cette terre près de moi, tel qu'il est. Peu importe qu'il soit pour moi un fardeau, qu'il contrarie mes plans, qu'il me dérange par sa manière d'être ou par ses idées, qu'il ne soit pas tout ce que j'espérais. L'amour a toujours un sens de profonde compassion qui nous porte à accepter l'autre comme une partie de ce monde même quand il agit autrement que je l'aurais désiré."

Pape François

...

Voilà qui est bien tourné ! 

Je souligne particulièrement ce lien entre amour et patience, car c'est un point qui demande a être travaillé chez moi en tant que parent de jeunes enfants, mais aussi en tant qu'enseignante. Ne pas réagir à la frustration par l'agressivité.

Analyser, comprendre, et puis FAIRE ACTE de patience. Mettre des mots sur des émotions ne suffisent pas toujours à enrayer un processus de violence intérieure qui monte.

FAIRE ACTE d'amour en éloignant cette violence, en la transformant. Comment ? S'il existait une recette magique, nous serions tous au courant n'est-ce pas ?!

Mais je m'y applique du mieux que je peux, jour après jour.

 

Aimer, est-ce servir ?

Effectivement, quel plus beau rôle, quel plus noble sens ne peut-on donner à sa vie que d'être là pour les autres ? Aimer, aider, servir.

Oui servir. Etre au service de...

Il y a mille et une manière d'être utile au monde mais presque tous les chemins que je prends me ramènent vers ma famille, mes enfants. C'est là pour l'instant où je suis le plus utile.

Je sais que je réussirai, en temps voulu à aller au-devant de ceux qui ont besoin de moi. Etre présente.

Etre présente pour mes élèves également, partager mes connaissances, transmettre, apprendre et s'élever ensemble.

 

Servir, oui. Mais dans la joie.

Servir oui. Mais par amour. Par amour de soi, des autres...

...

"Ne recherchez pas chacun vos propres intérêts, mais plutôt que chacun songe à ceux des autres". (Ph 2,4)

...

Oui, c'est vrai. Mais un brin culpabilisant ! Oui servir les autres, c'est un merveilleux don de soi. Mais, malheureusement, n'étant qu'une humaine ordinaire, j'ai besoin aussi de penser à moi, de m'aimer, de me servir. Mais après tout, l'amour de soi n'exclut pas l'amour des autres !

...

"Il ne faut pas donner priorité à l'amour de soi-même  comme s'il était plus noble que le don de soi aux autres. Une certaine priorité de l'amour de soi-même peut se comprendre seulement comme une condition psychologique, en tant que celui qui est incapable de s'aimer soi-même rencontre des difficultés pour aimer les autres."

Pape François

...

Eduquer à la joie, au bonheur.

Oui, c'est beau et merveilleux d'éduquer nos enfants à la joie et au bonheur. Mais éduquer pour le don de soi dans la joie, c'est donner le moyen aux enfants de trouver un sens à leur existence (et à la nôtre aussi au passage !).

Aujourd'hui, je lis, j'entends et je comprends les parents qui veulent offrir une éducation bienveillante à leurs enfants. Mais quel sens donner à cette appelaltion ?

  • Une éducation où l'enfant est libre de ses choix ?
  • Une éducation sans punition, ni récompense ?
  • Une éducation dans le respect de l'enfant, sa singularité, son authenticité ?
  • Une auto-éducation ?
  • ... ?

Cette éducation bienveillante recoupe énormément de courants de pensées, il est parfois difficile de s'y retrouver. Surtout qu'il y a l'autre versant : être malveillant. Comment s'y retrouver ? Comment savoir ce qui est bon pour nous, nos enfants, notre famille ?

Je n'aime pas tellement cette formule de bienveillante, car finalement, je la trouve à double tranchant (si on est pas bienveillant, est-on malveillant ?), culpabilisante. Je préfère le terme d'éducation à la paix. Plus générique, une éducation à la paix englobe même nos failles et est porteuse de sens pour le présent mais aussi pour l'avenir.

Mais, après tout ce n'est qu'une question de sémantique !

Je crois cependant que rien n'a plus de sens que d'éduquer à la paix.

Et c'est d'ailleurs ce qui m'attirait le plus dans le projet d'école démocratique. La manière dont les conflits étaient gérés. Une éducation à la paix au coeur des écoles. Je trouve cela extraordinaire !

Les apprentissages, et les questions de didactiques m'importent moins et me semblent secondaires. Que retient-on vraiment des (bons) professeurs ?

La joie d'apprendre, l'enthousiasme, le partager de son savoir, ses connaissances, mais surtout le bonheur de grandir dans le regard bienveillant de l'autre.

Peu importent les méthodes d'apprentissage si l'enfant est respecté dans son être : son corps, son esprit ? Nous avons tous croisé des personnes qui nous ont appris, transmis, parfois (souvent ?!) à leur insu.

Ces personnes existent partout : dans notre entourage, nos amis, notre famille, dans les écoles alternatives, les associations, nos voisins et même... dans les écoles traditionnelles.

Oui, bien sûr qu'il y a de belles personnes dans les écoles traditionnelles, d'ailleurs,

j'en ai rencontré plein, je peux témoigner !!

Des personnes soucieuses des enfants, aimantes.

 

J'ai toujours souhaité (et je le souhaite toujours d'ailleurs) que mes enfants deviennent des adultes heureux. Mais par dessus tout qu'ils mettent leurs talents, leurs passions, leur joie, leur intelligence au service des autres. Et j'espère que, nous parents, pourront leur être utiles en nous appliquant à vivre ce partage également.

 

Faut-il être authentique ou exemplaire ?

J'ai eu l'occasion de débattre de cette question. Dans le camp de l'authenticité, il y avait cette manière de voir l'exemplarité comme une contrainte contre nature avec un relant de ... moralité.

Ce qui suppose après tout que nous naissons bons... Mais aussi, cela sous-entend que nous nous empoisons au contact des autres, en grandissant. Ce qui est terriblement difficile pour nous parents car nous sommes leur PREMIER ENVIRONNEMENT, celui qui restera en trame toute la vie de nos enfants.

Mais qu'en savons-nous après tout ? Naissons nous vraiment bons, authentiquement mauvais ?

Peut-être pouvons-nous nous laisser une chance et se dire que nous laissons libres.

 

Libres... de basculer d'un côté ou de l'autre.

 

Du coup, il est difficile d'entrevoir le sens d'éduquer un enfant à être authentiquement lui-même. On peut être authentique vrai et bon, mais on peut aussi être authentiquement seul et coupé des autres, ou carrement authentiquement mauvais. Faut-il donc favoriser le développement de l'intégralité de sa personne, y compris les mauvais côtés ?

Etre soi pour soi a-t'il un sens ? Est-ce légitime ?

Etre authentique, découvrir qui l'on est est une démarche d'intériorité qui est importante et légitime. Oui, complètement.

Mais être exemplaire revêt un autre sens que je trouve plus profond, car oui, être exemplaire intègre une notion de moralité. oui, nous pouvons choisir, nous pouvons agir.

Etre exemplaire, c'est, de mon point de vue, intégrer l'autre dans son existence, c'est reconnaître que d'autres vivent à nos côtés, et que pour eux, je peux offrir ce que j'ai de plus beau en moi.

Et commencer dans nos propres familles !

...

"La famille est le lieu de la première socialisation, parce qu'elle est le premier endroit où l'on apprend à se situer face à l'autre, à écouter, à partager, à supporter, à respecter, à aider, à cohabiter. La tâche de l'éducation est d'éveiller le sentiment du monde et de la société comme foyer, c'est une éducation pour savoir "habiter", au-delà des limites de sa propre maison."

Pape François

...

 

J'espère de tout coeur ne pas vous avoir perdu dans le labyrinthe de mon esprit !

Je vous souhaite une belle semaine.

P1110085bis

 

Posté par celine chif à 14:07 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

Slow Life : Celui qui aimait les dragons # 2

P1110077bis

Voici Adrien chevauchant son incroyable destrier, poursuivi par un effroyable dragon...

Et oui, les dragons ont vraiment la cote chez nous !

 

Petit atelier créatif d'inspiration DADA !

Si vous ne connaissez pas ce site, allez y de suite, c'est une vraie pépite créative !

Le DADA de l'enfant terrible

Posté par celine chif à 12:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Slow Life... Celui qui aimait les dragons

P1110309bis bis

Dragon ailé de Tristan

C'est toujours étonnant de voir sortir de la main de son enfant son "premier dessin". Bien sûr, il y en a beaucoup beaucoup d'autres avant, mais ils n'avaient jamais vraiment la vocation de dessiner pour représenter pour lui mais aussi pour les autres. Une étape de franchie ? Une prise de conscience ?

Toujours est-il que nous l'avons encadré ! Je le trouve particulièrement réussi (oui oui, je sais, voici un avis tout à fait partial, mais j'assume !).

Par contre, il n'est pas étonnant que ce soit un dragon, figure mythique, qui plait énormément à notre petit Tristan !

Posté par celine chif à 10:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
21 août 2016

Voici le joli vent

P1110219bisbis

Notre petite ville est entourée de champs. Si, si. c'est en partie pour cette raison que nous avons choisi de nous y installer. Mais, forcément, à 20 km de Paris, les champs n'ont pas tout à fait l'allure de la campagne campagnarde !

Nos champs sont coiffés. Coiffés de grands pylones qui nous regardent de toute leur hauteur et de leur majesté. Les champs sont bordés, coupés par des routes, crées pour endiguer le trafic des grands axes, et ... d'assez petite taille. Mais il existent et nous offre un espace de respiration péri-urbaine nécessaire !

Nous avons aussi eu nos moissons. Nos champs sont désormais désertés de leur blés, balayés par le vent des plateaux.

Ces champs, désertés de toute vie végétale (visible), nous ont aujourd'hui invités.

Une invitation au vent. Celui qui décoiffe sur ce grand plateau...

Nous y avons apporté nos instruments faits maison : nos cerfs-volants, du plus simple (baton avec une ficelle volant au vent) à un cerf-volant un peu plus élaboré !

Nous avons passé une heure à faire virevolter, tournoyer, courir, sentir le sens du vent, échouer (souvent) à faire voler nos impétueuses machines.

Mais quel plaisir de vivre ces moments ensemble !

P1110193bis

P1110196bis

P1110226bis

P1110236bis

P1110244bis

P1110236bis

P1110259bis

P1110264bis

P1110274bis

P1110278bis

P1110292bis

P1110294bis

P1110304bis

P1110277bis

Il faut dire que cette sortie cerf-volant est un projet de longue date...  Adrien est revenu de la bibliothèque au début de l'été, portant un album tel un trésor dans ses mains : "La légende du cerf-volant".

"Regarde maman, à la fin, il y a les dessins pour apprendre à fabriquer un cerf-volant. On va pouvoir en faire un !!"

la legende du cerf-volant

Je ne vous propose pas le tuto de cet album qui présente un petit défaut au niveau du noeud d'accrochage, mais celui-ci correspond à l'état d'esprit du livre et selon lequel nous avons fabriqué le notre, avec une bien meilleure position d'accrochage.

tuto cerf volant

A vous de jouer !

Posté par celine chif à 21:16 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

L'art d'être créatif même quand on savait pas que c'était possible... !

Bon voilà un titre à rallonge qui ne veut pas dire grand chose, enfin si, mais seulement dans mon esprit !

Alors je m'explique, c'est très simple, vous allez voir. Nous venons de recevoir un cadeau d'une amie pour toute la famille, de la gamme EAT SLEEP DOODLE. Il s'agit d'un kit créatif contenant 4 sets de table en coton et des feutres lavables. C'est tout simple, décoration unique pour chaque invité quand on reçoit ou bien décoration personnalisée et interchangeable pour chaque membre de la famille !

Je ne connaissais pas et c'est vraiment une belle surprise... Il existe  priori toute une gamme de linge de maison que l'on peut décorer sur ce même principe.

Et c'est parti !

 

P1110051bis

P1110053bis

P1110059bis

Posté par celine chif à 14:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,