P1090022

P1090004

P1090008

P1090013

P1090014

La Loire - Mai 2016

Photographies prises lors de l'un de nos trajets en sortant de l'autoroute

 

C'est bientôt les vacances, je pense que cela n'a échappé à personne. Qui dit vacances, dit aussi souvent voyages, trajets et toutes sortes de moments qui peuvent être assez redoutés.

J'avais envie de vous en parlé de ces fameux trajets, car ils ne sont pas forcément synomymes de zentitude, mais du moins nous essayer d'y mettre l'art et la manière !!

 

Qu'on se le dise : il y a l'art et la manière de voyager... !

Plusieurs types de voyageurs cohabitent sur la route, mais l'on retrouve deux extrêmes : les fonceurs et les glaneurs !

De fonçeurs (on part à deux après une journée de travail, on a la belle vingtaine, on prend l'autoroute et ...  c'est à peu près tout), nos enfants ont opéré une lente transformation jusqu'à ce que nous devenions de véritables glaneurs (carte michelin, routes vertes et détours, autoroute juste ce qu'il faut et surtout la fameuse sortie restaurant ou pique-nique l'été).

Ces détours nous ont permis de découvrir de véritables pépites, que ce soit au niveau du cadre (pique-niquer le long de la Loire, quel bonheur !), du repas ou même de l'accueil. Adrien a toujours des étoiles dans les yeux car il ADORE manger au restaurant, CHOISIR son plat !

Pour le meilleur mais aussi pour le pire !!

Nous observons les panneaux à la recherche d'indices prometteurs ("Là, un site historique"), on admire le paysage, on recherche les villages... Tout nous semble dépaysant parce ce que nouveau, beau, différent... Un brin de magie et de mystère.

Nous avons vécu quelques aventures heureuses ou cocasses (bon pas forcément sur le coup !) sur ces trajets.

Je pense à ce restaurant inscrit au michelin découvert le long d'une nationale (la devanture nous paraissait prometteuse !), et où nous fûmes reçus de manière princière. Nous étions bien en peine pour choisir un plat alambiqué d'un bambin de 18 mois à l'époque. Nous avions commandé une purée simple. Revoilà le serveur quelque temps plus tard venant de la part du chef s'inquiéter de l'assaisonnement de la purée (un filet de citron ou d'huile d'olive parfumée). Merci, merci de cette solicitude qui me touche encore, de s'inquiéter du bon goût même si ce n'est qu'un enfant. FRENDLY KID'S les restaurants macarons !!

Je pense à cette nationale dans la Creuse  il y a deux ans déjà, à ces villages où il n'y avait RIEN ! Si, un bar... Nous descendons toute notre famille + notre neveu de 4 ans. Ils sont affamés et nous n'avons plus aucune réserve dans la voiture. Ils ne servent pas. Nous continuons nos recherches... Des restaurants fermés depuis belle lurette, poussière et compagnie. Ca grogne de plus en plus dans la voiture. Le désespoir... Nous avons tourné une heure à la recherche de nourriture (dans notre région, il y a des restaurants en pagaille, inimaginables pour nous !!) jusqu'à enfin trouver un retsurant balnéo hors de prix (bon, là nous n'avons plus le choix de toute façon !). Il est 13 heures, servis à 14 heures... Imaginez-vous la scène, tenir des enfants affamés à table en attendant d'être servis, impossible !!

Mais aussi...

Je pense aux bords de Loire si faciles à trouver dès que l'on sort de l'autoroute A10, où l'on peu prendre le temps de flâner devant ce fleuve si beau...

Je pense à toutes ces routes "vertes" qui nous ont permis de nous évader mais aussi d'échapper à la grande foule des bouchons en été...

Prendre le temps de se dire que la route n'est pas que la destination...

 

Bien sûr, je viens de tracer le côté idyllique de nos exursions... Mais nous avons eu notre lot de grosses galères aussi. Les pleurs interminables des enfants, le mal des transports, la gastro, les cris, des pauses d'une heure toutes les heures... Bref, le lot des trajets un peu long et très pénibles. C'est sûr que maintenant nous partons moins souvent, mais nous partons plus longtemps !!! Et jamais plus de 400 km par jour, c'est vraiment notre maximum !

Et jamais sans notre kit de survie : gâteaux secs, cocculine (homéopathie pour le mal des transports), sacs en tout genre, tenues de rechange à disposition et... boules quies (en dernière extrémité) ! Et puis des jeux de devinettes et chansons, mais il va falloir renouveler le stock.

Bref, je ne peux que vous conseiller de sortir de l'autoroute de temps à autre, le temps d'une respiration et de vous souhaiter de bonnes vacances !